Avertir le modérateur

12/09/2008

Sarko (trempé)

A ne pas rater

Soir pluvieux. AC/DC grâce au Mixwit d'un pote et badaboum. Le gros truc :

"Sarkozy et Bazire alors les deux plus proches collaborateurs d’Edouard Balladur et aujourd’hui meilleurs amis du monde (Nicolas Bazire fut le témoin de mariage du président avec Carla Bruni) ont donné leur feu vert à la création par une société d’armement d’une structure planquée à l’étranger permettant la rémunération opaque d’intermédiaires et pouvant servir à la campagne électorale des balladuriens. Rien que ça."

Une exclu de Bakchich qui devrait faire du bruit : http://www.bakchich.info/article4994.html

D'autant que le procureur aurait tenté d'enterrer l'affaire au profit d'un dossier... moins bruyant.

01:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : sarkozy, politique, financement, commissions, occulte, enterré, bazire | | Commentaires (0)

11/09/2008

Pape (arano) ?

De dangereuses organisations terroristes menaceraient-elles la papale visite ?

pape durex.jpg
En tout cas on craint les extrémistes, selon le Figaro relayé par ce dangereux blog de la mouvance anarcho-libertaire prête à venir tuer le couteau entres les dents curés, parents et z'enfants en mocassins et pull sur les épaules http://remballe-ton-pape.over-blog.com/article-22638970.h...
L'appel (liste des signataires en pied de tous ses gens à "Edviger" dans les plus brefs délais) soulève une vraie polémique mais n'incite qu'à une démonstration pacifique http://remballe-ton-pape.over-blog.com/

On dirait qu'on Latran de pied ferme le "citoyen" Ratzinger :)



16:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : pape, sécurité, libertés, intérieur, flicage, sarko | | Commentaires (0)

Net (vrac)

Avertissement: la news est à l'étape 4, il est donc possible de s'y rendre directement pour ceux qui ont suivi les précédentes.

Etape 1 : On se souvient que le JDD de Lagardère avait publié un appel d'artistes en faveurs de la censure (je résume mais ça leur apprendra) : http://www.lejdd.fr/cmc/culture/200825/ne-pillez-pas-nos-... et la liste http://www.lejdd.fr/cmc/culture/200825/les-52-artistes-qu... On avait d'ailleurs (suivant nos goûts, enfin les miens) été un peu chagrinés de découvrir, au milieu de milliardaires ou has-been notoires, le nom de quelques groupes et chanteurs que l'on estimait (ainsi que celui de jeunes cons à peine arrivés). On y trouvait aussi une belle brochette de pseudo progressistes pour bobos, beugleurs de toutes les (bonnes) causes à la mode mais près de ce qu'on avait dû leur expliquer être leur sous (à tort en plus).

Etape 2 : Un "quarteron" de semi-cinéastes en pré-retraite créative - même si là aussi on peut discuter et se demander ce que certains faisaient là et mettre cela sur le compte d'une mauvaise compréhension ou de besoins pour des coprods à venir, si ce n'est une sénilité précoce - sortait une plume trop tremblante pour finaliser un scénario digne de ce nom et se répandait dans Le Monde : http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?id=235117

Etape 3 : Gilbert Montagné relève avec humour la cécité de l'industrie musicale http://www.pcinpact.com/actu/news/45630-gilbert-montagne-...

Etape 4 : Une liste d'artistes et créateurs actuels et d'avenir prend position sur le site Internet mon Amour (presque aussi beau que du Marienbad) contre le projet de loi ex-Olivennes, ex-Hadopi, joliment rebaptisé "Création et internet" pour tenter de mieux le vendre. Ils sont d'ores et déjà plus nombreux que ceux appartenant aux majors ayant signés les deux premiers : http://www.internetmonamour.fr/

Ces créateurs connaitraient-ils mieux les possibilités de diffusion et de de distribution qu'offrent les labels indépendants et les web diffuseurs pour une création autre que formatée et marketée?

En plus : Au moment ou Edvige et Cristina font réagir et où Sarko fait mine de reculer sur l'accessoire concernant la premier texte, on peut aussi s'inquiéter du flicage induit par une loi Hadopi au seul profit, en plus, de puissances privées : http://www.pcinpact.com/actu/news/45895-hadopi-edvige-rip...

On notera au passage que nos brillants gouvernants et élus, dont on connait la qualité et la représentativité, se la font mettre à l'envers par les "world" compagnies qui anticipent déjà sur l'inutilité technique à long terme d'un texte pour lequel les geeks inventent déjà des parades. Elles sont contraintes à signer des accords de diffusion pour espérer survivre encore un peu avec leurs monopoles et après Universal, c'est la Warner qui y vient acceptant de mettre son catalogue en accès sur la plateforme de diffusion gratuite Deezer (http://www.deezer.com/) : http://www.pcinpact.com/actu/news/45891-warner-music-inte...

Marxisme : La Warner nous fournira l'occasion de finir ce post en termes marxistes tendance Groucho.

Lorsque les frères Marx se lancent dans "Une nuit à Casblanca" qui sortira en 1946 produite sous l'égide de Loma Vista productions et distribuée par United Artists, la Warner Bros en prend ombrage. L'un des "brothers", Jack convoque les frères Marx pour les menacer d'un procès en plagiat arguant que le nom de Casablanca est sa propriété après le succès du film éponyme de Michael Curtiz avec Bogart et Ingrid Bergman. Oeuvre devenue culte depuis.

Groucho ne se démonte pas et menace alors les Warner d'un procès estimant qu'ils usurpent le terme de Brothers puisque les frères Marx sont dans le business depuis bien plus longtemps que lui via le music-hall notamment. L'affaire en resta là.

Et ça nous fait deux films à revoir ou à... télécharger (amusant : de rachats en fusions, les droits du film des Marx Brothers appartiennent aujourd'hui à Warner Home Video relève Imdb).

 

05:33 Publié dans Blog, Web | Lien permanent | Tags : web, internet, p2p, hadopi, pétition, création, libertés | | Commentaires (0)

08/09/2008

8 septembre

Je me demandais un peu si j'allais écrire un truc ou pas. Un hommage c'est toujours tocard. En plus je l'ai pas connu perso, le bonhomme, mas ça devait pas être trop sa cup of tea. Un machin nostalgico-bidule sur les année Actuel et ce que je lui dois dans mes envies (comme à quelques autres). Bof. Et puis, finalement, c'est chez lui qu'on en parle le mieux du Bizot. Juste parce que ça fait un an qu'il a eu 124 ans...

"Un an déjà.

Nous sommes le 8 septembre. Il y a un an notre fondateur, inspirateur, élévateur nous quittait. Pas vraiment en fait. Nous le sentons, Jean-François Bizot. Il continue à nous inspirer, à nous élever. Toute cette journée, nous lui rendrons hommage. Comme nous pensons qu'il l'aurait aimé: sans chouiner, sans s'apitoyer, et avec le sourire. En musique, en contre-culture, en positif, en mangeant, insolemment, en s'engueulant, et main dans la main.

Ensemble pour célébrer son héritage, ce bel héritage qui est à présent entre nos mains, entre vos mains. A nous de le faire vivre, évoluer, construire. C'est une belle, une forte, une longue et honorante mission. Merci à lui pour tout ça.

Pour "fêter" ce drôle d'anniversaire, il nous fait une belle surprise comme il sait les faire: il revient. L'enflure! Dans la matinale, une sélection d'archives; puis, de 9h à 20h, à chaque début d'heure de la journée, il viendra nous présenter un disque qu'il aime. Dans le Deuxième Sous Sol, ses amis lui diront ce qu'ils n'avaient jamais osé lui dire, nous parleront de leur JFB à eux. A 23h, c'est Mélanie qui le recevra en interview, histoire d'aller fouiller, voir ce qu'il se passe dans ses grandes oreilles. Enfin, à minuit, diffusion des "Bribes de Bizot", un programme élaboré par Catherine Lagarde et Andrew Orr.

Jean-François, tu es encore là. Merci pour ça aussi."

Edito Novaplanet d'aujourd'hui (http://www.novaplanet.com/)

Un peu de radio donc : http://www.novaplanet.com/radio-nova/player2/index.php?p=...

Un abécédaire : http://www.lesbizoteries.com/

Quelques vidéos : http://www.lesbizoteries.com/videos.php

Notice wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Fran%C3%A7ois_Bizot

Er plein de trésors googlisables...

 

Ardoise mec.

16:40 Publié dans Blog, Film, Livre, Loisirs, Musique, Science, Voyage, Web | Lien permanent | Tags : bizot, souvenir, presse, contre-culture, hommage, rock, pop | | Commentaires (0)

Omission

Il y a ce qu'on dit et ce qu'on ne dit pas. Les journalistes des Echos furent les premiers à s'inquiéter du rachat de leur titre, réputé dans les milieux économiques, par le très puissant Bernard Arnault. Mais, malgré la résistance d'une rédaction qu'on ne peut qualifier de gauchiste, le proprio de LVMH parvint à ses fins. Et même si ce ne fut pas une nomination en Conseil des ministres, les directeur de la rédaction, Nicolas Beytout fut si ce n'est nommé au moins annoncé en primeur... à l'Elysée par Sarkozy.

Baste. Difficile pour un journal qui se veut de référence d'écrire sur un secteur dans lequel son patron joue un rôle actif. Et ce qui devait arriver arriva.

C'est ce que nous révèle Bakchich (http://www.bakchich.info/article4939.html) qui étudie quel soin a pris le journal pour taire des informations qui auraient pu gêner Carrefour. Et plomber le cour de ses actions puisque les bons résultats constatés s'avéraient s'appuyer sur une politique d'augmentation importante des produits distribués sous marque propre (les fameuses marques de distributeurs). En gros, les chiffres présentés en hausse le sont à court terme. Et une information complète aurait bien pu être interprétée comme annonciatrice de pertes à venir avec le choix prévisible de clients, au pouvoir d'achat en berne, d'aller voir ailleurs. Bref pas bon pour les actionnaires, dont un certain... Bernard Arnault.

Comment y disait déjà ? Tonton David - Sûr et certain

 

02:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : les echos, arnault, presse, économie, carrefour, lvmh, bakchich | | Commentaires (0)

07/09/2008

Vacances

Une bonne illustration vaudra toujours mieux qu'un long papier. Gardien de Phare nous résume donc les trois quarts de la note précédente...

DonjipezN7.jpg
Respect, mois je dis. En plus c'est une Aronde (http://www.simcaworld.com/aronde/jeudecadre/enter.php)

12:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : dessin, humour, gardien de phare, commentaire, rétro | | Commentaires (0)

Rentrée (semaine de)

Je sais pas si vous avez remarqué mais c'était la rentrée cette  semaine. La vraie, celle qui voit les gamins reprendre leurs  cartables et les chemins de l'école. Je précise parce que bien  sûr aujourd'hui, les rentrées se succèdent entre juilletistes,  aoûtiens, tenant du 14 juillet-15 août, amateurs du une semaine  par ci, une semaine par là...

On n'est plus au bon temps de papa où la boite fermait en août  avec le patron qui distribuait l'enveloppe de paie et y  ajoutait, quand les affaires allaient bien, la petite prime qui  fait du bien. Celle qui faisait oublier côté paternel les coups  de gueule et de sang des mois écoulés.  Même si, le salaud (pas  le vieux mais le boss), il se barrait aussitôt vers son bateau,  où, juste après avoir vendu l'usine, l'infarctus allait le  rattraper pour le remercier de s'être crevé le cul à essayer  de sauver les meubles quand les affaires tournèrent   vinaigre. De notre côté, alignées au volant les mamans faisaient  chauffer le moteur avant de céder les commandes et alors que les  caravanes étaient attelées au cul de l'auto, prêtes depuis la  veille. On the road et pas question de perdre un instant par  cette bonne vieille N7 dont on ne se lassait pas ("on va pas  aller payer pour prendre des autoroutes construites avec nos  impôts non ?" qui disait le padre de Donjipez).

Mais on s'égare. La reprise donc. Bronzés, mais pas trop non  plus, costardisés de neuf et rasés de frais les revoilà. Le  moment est révélateur, cette première semaine cruciale.  Presque. La comédie humaine revient au galop.

D'abord raconter les vacances. Surtout qu'il y a toujours un  crétin pour s'en foutre et ne pas poser la question attendue :  t'es allé où? T'as fais quoi?

Parce que là mon pote (j'appelle le lecteur éventuel mon pote  par convention et pour éviter un mon gros qui peut être vexant  et que je réserve à de rares proches enveloppés), c'est une  première partie qui se joue. Le vacancier revenant se divise en  plusieurs catégories et il veut que l'on admire la pertinence de  ses options. Il y a donc l'actif, celui parti en raid, trek et  autres machins sportifs. Le "in" qui était là où il faut être  avec le circuit qu'il faut faire et les gens qu'il faut voir. Le  cultureux qui a visité, découvert, rencontré et en a plein la  bouche. Le fidèle qui a rejoint la maison familiale et s'est  occupé de ses enfants qu'il voit si peu et a pu prendre le temps  de lire, d'écouter la nature et de goûter ce rapport aux choses  simples que nos vies à la con (il dira parfois trépidantes) nous  empêchent d'avoir. On en oublie sans doute.

Bon il y a aussi le sympa. Lui y se fout qu'on lui pose la  question. Il est allé là où il est allé parce que... il en avait  envie. Et il fait court si on lui demande. Bref, lui, on le  retrouve comme il nous avait laissés. D'ailleurs, il serait bien  resté en vacances mais bon faut reprendre le collier comme il  dit, affichant une motivation et une croyance dans l'entreprise  qui nous rappellent que tout n'est peut être pas foutu.  Il fera le métier toute l'année  consciencieusement, avec coeur, obstination, énervement mais  professionnalisme. Par contre il ne fera pas carrière et ne se  fera pas entuber par quelque discours ou idéologie.

Les personnages posés, passons à l'action. Celle de la première  catégorie. La seconde ayant juste remonté les manches et s'étant  remise à l'établi (enfin derrière l'ordi bande de geeks). Parce qu'en peu de temps il se joue tant de choses.
Ca réunionne, conciliabule, se re-réunit, s'empresse avec des  dossiers sous le bras, pond des notes, des rapports, monte les  étages, passe dans les rangs de la piétaille. Ca lance des  projets, des réorganisations, des commissions de réflexion, des  études... Merde dis donc, rien qu'à les regarder on en est  crevé.

Heureusement on sait, avec le temps, que ce mouvement  perpétuel n'est qu'une illusion du mouvement pour que surtout  rien ne bouge.

Si par un hasard piquant la machine à café, la position du  bureau où nos activités offrent un poste d'observation  privilégié il y a des moments à surtout ne pas rater. Devant les  bureaux, dans les couloirs des chefs plus chefs que les autres  chefs - qui eux mêmes ont été assaillis par les un peu moins  chefs qu'eux ou chefs de rien (si un "rentrant" a l'idée  saugrenue de ne pas aller perdre une heure dans leur bureau pour  évoquer les enjeux des mois à venir, ils se révèlent souvent  froissés ou sombrent dans une inquiète incompréhension d'un  individu aussi dissident) -, on fait antichambre.

Il y a ceux qui attendent, ceux qui passent et repassent vers la  secrétaire, inquiets d'un oubli, les furtifs qui, se montrant affairés, font  quand même le détour en jetant un oeil pour voir si, par hasard,  la porte ne serait pas ouverte. Et pour tout cela il faut bien  la semaine car on doit aussi tenir compte que les chefs plus  chefs que les autres doivent aussi aller faire acte de présence  dans une autre aile ou un autre étage. Celui où résident les  encore plus grands chefs qu'eux, voire Dieu le père en personne.  Un big boss himself qui a fort à faire pour joindre sa  hiérarchie au téléphone et faire part des éminentes avancées qui  s'annoncent et vont faire se pâmer les actionnaires et autres  conseils d'administration... On continue ?

Bon alors tout ce beau monde va pouvoir revenir en deuxième  semaine. Ce sera déjà un peu plus calme. Dans un mois tout sera revenu à la normale. Justement,  c'est le moment où je rentrerai.

Car là (pas encore bruni), je me tire en vacances.

04:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : entreprise, vacances, rentrée, vie quotidienne, économie, regard | | Commentaires (0)

06/09/2008

Jeunesse

Jeunesse lève toi. Et les autres aussi, ceux à qui il reste quelques forces, qui peuvent encore. Un peu. Car petit à petit ça grignote, ça avance. Comme une lèpre, un cancer...  Pas un jour sans une avancée, une tentative. Bref, la dernière. Peinard un samedi soir. L'UMP est réunie pour se branler entre jeunes de bonnes familles (voir sur 20 minutes ce passionnant moment de soutien à la loi liberticide sur internet : http://www.20minutes.fr/article/249950/A-la-Une-Parodie-d... avec une photo qui ferait souhaiter que le ridicule tua parfois).

Et là patatras. Trois fois rien. Juste le début d'une entreprise d'endoctrinement tout au plus. http://www.lemonde.fr/politique/article/2008/09/06/le-ps-... Et un goût amer. Vichy, l'Allemagne, Staline : des hitlériennes aux communistes combien ont chanté Jeunesse enrôle toi. Darcos le suant  trahi sa fonction. Ecole de république bananière pour former les enfants soldats d'un libéralisme déclinant. N'allons pas trop vite. Pour l'instant juste une manip politique d'arrière-garde pour montrer un soutien venue des classes protégées des lycées de beaux quartiers. Mais demain ?

Darcos dont Le Monde nous faisait le portrait d'un "bon" chrétien. Darcos surtout dont on apprenait il y a quelques jours à quel point il est sous l'emprise des lobbys religieux et du sinistre opus dei : http://www.bakchich.info/article4882.html et (un peu plus vieux) http://www.bakchich.info/article4775.html.

Z'ont mis en colère le Don là. A quand une carte UMP obligatoire pour pouvoir travailler ou circuler se demande-t-il ?

Alors pour espérer il se souvient d'un truc pourtant pas vraiment de son âge (mais le talent a-t-il un âge ?)

 

Ne pas louper en arrière plan la tête ahurie de Guy Sorman thuriféraire d'un libéralisme réac de la pire espèce et soutien de Reagan, Bush...

23:03 Publié dans Blog, Musique | Lien permanent | Tags : sarkozy, education, darcos, rebellion, fascisme, démocratie, danger | | Commentaires (0)

05/09/2008

Palin : bikini étoilée

Sarah Palin, candidate républicaine à la vice-présidence ne serait pas si prude que son positionnement de conservatrice bon teint et moraliste pourrait laisser croire. Enfin, si l'on s'en réfère à une photo qui circule sur la toile. Elle y porte les étoiles de la bannière US sur le coeur et le cul. Un fusil (elle est membre de la NRA, lobby pro-armes) en main pour une prise de vue que ne renierait pas  une publication du genre "Soldiers of Fortune" ou un autres Mercenaires magazine proposant le dernier gun qu'il vous faut aux hommes, les vrais, ceux qui montent au front la trique raide dans le pantalon...

1199439119.jpg


Infos ou intox ? La parole est aux spécialistes de Photoshop
En plus grand et en vrac dans l'album : http://donjipez.20minutes-blogs.fr/album/vrac/1199439119....

22:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : usa, politique, sarah palin, armes, buzz, fake, républicains | | Commentaires (0)

Fouquet's Tinville ?

Fouquier-Tinville, accusateur public du tribunal révolutionnaire, bras judiciaire du Comité de salut public mis en place par la convention de 1793. Un procureur version hardcore quoi. Pouquoi donc se priver d'un jeu de mot facile alors qu'elle court, elle court la rumeur. Et elle passionne. C'est même l'affaire du moment dans quelques microcosmes. Certains seulement car il restera toujours quelques obtus qui préfèrent s'acharner à savoir comment ils boucleront le mois ou nourriront leur famille. Passons vite sur un tel et si vulgaire manque de goût pour les cancans...

Bref, la garde des Sceaux (on retrouve notre magistrat du parquet) est enceinte. Et la France entière n'a qu'une question en tête : mais qui est le père de l'enfant de Rachida Dati ? Les meilleurs limiers de la  presse people sont sur les dents. Les journaux classiques ne sont pas en reste et ceux qui, il y a quelques jours encore, jouaient aux sages de la République, soulignant que la France avait bein d'autres problèmes ma bonne dame que ce genre de questions, fouillent frénétiquement leur Google.

Mais bon : les faits, les faits hurle en silence le lecteur impatient. Répondrais-je on s'en fout, l'important est ailleurs? Que nenni, c'est pour plus bas dans cette note. Donc les noms circulent. José Maria Aznar, ex-premier ministre espagnol de droite, a démenti. Le site «RTL Info» pointe à son tour deux géniteurs potentiels: «Officieusement… elle serait avec le patron de Veolia Environnement, Henri Proglio. Mais des rumeurs la lient depuis plusieurs mois à Arthur, l’animateur marié à Estelle ex-Halliday». Le comique-troupier de la télé semble le prendre avec humour (ça change) et aurait envoyé un SMS à la ministre selon le journaliste de Marianne, Nicolas Domenach : « Si tu veux, je te verse une pension alimentaire virtuelle pour l'enfant virtuel que nous avons pendant notre relation virtuelle ».

Du coup on avance pas. Surtout que les bruits d'une liaison avec Sarko du temps où il était à l'Intérieur (c'est fait exprès) n'apportent rien à l'affaire : elle daterait trop et surtout Rachida et Cécilia s'entendaient comme larrones un jour de soldes.

Et puis voila que surgit du fond de la nuit et courre vers l'aventure au galop, l'homme du Fouquet's. Un Fouquet's Tinville pour la ministre de la Justice en Dior? Le site «Challenges» affirme que Rachida Dati était bien en vacances en décembre 2007 à l’île Maurice, en compagnie de Dominique Desseigne, pdg du groupe de casinos et d'hôtels Lucien Barrière (et patron du Fouquet's). Auraient ils, par exemple sympathisés lors de la modeste et élégante "sauterie" organisée en ce lieu au soir de l'élection de Sarko ? Ca reste à prouver. C'est en tout cas l'occasion de découvrir un discret manager : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Desseigne et un portrait qui date un peu sur lescasinos.org : http://www.lescasinos.org/actualites.php?id=1323

Ecce homo (qui n'aime ni la nuit, ni le jeu, ni le tabac, ni l'alcool) un soir de fête au siège de Paris première: Desseigne paris première.jpg

Lui ou pas? Il n'a pas jugé bon de démentir... Ce qui ne veut rien dire.

Casinottier à ses heures, on peut exclure la piste du Nanard Laporte vu le vent qu'il semble lui avoir mis un soir de houle champagnesque (petit rappel)

 

 

Car on en arrive enfin au (petit) fond de l'affaire. Insupportable ministre par le fait du prince aux diplômes et au parcours sujets à controverse, plus habituées des unes de magazines que des dossiers de la place Vendôme (elle a choisi le poste pour tout faire à pied?), franco-marocaine alors qu'elle s'est vu confier une fonction régalienne de la République : Rachida Dati c'est pas ma tasse de thé. Ni de café. Ni de rien du tout. Mais son "ma vie sentiementale est compliquée" aura eu le mérite de nous en faire autre chose qu'une parvenue adepte de tous les oripeaux bourgeois. Une vie sentimentale compliquée ça vous change une femme. A croire que c'est un communicant qui lui a pondu la phrase.

Nous ne serons donc pas des Fouquet's Tinville du qu'en dira-ton et si elle a fait un bébé toute seule, ou pas, finalement cette fois on peut vraiment s'en balancer. Pas de sa politique pénale.

08:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : dati, enfant, people, père, rumeur, buzz, politique | | Commentaires (1)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu