Avertir le modérateur

29/09/2008

Libre-service

Ca devait finir par arriver. Et encore on est là plutôt dans l'avertissement sans frais. Le happening et l'alerte médiatique. Mais tu verras bien qu'un beau matin fatigués... Parce que le pouvoir n'est pas forcément dans les mains de ceux qui croient le détenir.

Une hiérarchie, par exemple, n'existe - dans pas mal d'entreprises et administrations - que très peu si l'on décide qu'elle n'est qu'un bruit de fond et de limiter son impact à un accueil cynique agrémenté d'un sourire narquois. Un pouvoir marchand ou financier ne survit que parce qu'on le laisse en position de continuer en échange de ce qu'il nous accorde (et nous fait gober par intoxication idéologique). Car même s'ils s'appuient sur des appareils à leur solde, leur pouvoir de coercition est en réalité très limité lorsqu'il n'est plus reconnu comme légitime.

Tout ça pour ouvrir sur une initiative qui mériterait un large écho car très parlante :

 

Vidéo envoyée par lappeletlapioche

Bakchich relate ici l'opération de fin de mois du samedi 27 septembre.

Plus austère peut-être mais tout aussi "alternative" au modèle dominant (écrasant), une expérience autrichienne (où l'extrême-droite vient de connaître une poussée qui a peut être quelques explications autres que historico simplistes). A vienne Rue89 nous emmène dans un supermarché pour pauvres. Leçons inside.

 

07:26 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : politique, économie, contestation, marché, libéralisme, alter | | Commentaires (0)

13/09/2008

Chavez, Hugo Chavez

Passons en vitesse sur le géopolitique. C'est un peu compliqué pour nous. Le contexte : Le président vénézuélien Hugo Chavez a viré l'ambassadeur des Etats-Unis à Caracas, suivant l'exemple de son homologue bolivien Evo Morales. Dans le même temps Washington, accusé de fomenter des mouvements d'opposition par le biais de «soldats à la retraite» qui peuplent les ambassades américaines avec d'obscurs statuts de conseillers militaires (ce serait bien la première fois que les USA se lancent dans des manips du genre), a fait suivre le chemin inverse aux diplomates des deux pays.

Un bon coup de calgon quoi entre l'Amérique du Sud et une administration Bush en fin de vie qui, sous le joug de ses puissants bailleurs de fonds, l'a mauvaise de voir se développer des alternatives dans une zone qu'elle considère (comme celles qui l'ont précédée) comme sa chasse gardée.

Les ricains doivent l'avoir d'autant plus mauvaise que Chavez aide Cuba à survivre et semble s'imposer en partenaire privilégié (avec la Chine... et la Russie post soviétique) pour l'île castriste qui tente une timide ouverture. L'homme à la chemise rouge est d'autant plus mal vu de l'oncle Sam qu'en pleine crise du Caucase, il a entamé un rapprochement militaire avec Moscou, offrant à Poutine une tête de pont http://www.latinreporters.com/venezuelapol10092008.html

Mais comme toujours avec Chavez, le mieux c'est de l'écouter. Pas besoin de piger l'espagnol pour comprendre sa grosse colère lors d'une manifestation organisée pour décourager les tentatives de déstabilisation :

 

Voila qui est dit...

00:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : chavez, venezuela, bolivie, usa, bush, alter, révolution | | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu