Avertir le modérateur

14/09/2008

Baffe (petite) et "monde"

A taper sur France 24 (je maintiens), voila qu'on y met la main sur des perles. Ca m'apprendra :)

Panique sur un plateau d'abord. Une émission de la télé russe nous présente une sorte de devin qui nous la joue Cluedo et réunit les éléments d'un crime qui a soi-disant été commis. Tout se gâte quand une personne du public, choisie au hasard (y'a qu'à voir sa tête, d'ailleurs il n'est pas sûr que quelqu'un la revoit avant longtemps), propose le nom de l'assassin : Poutine. Ca te met un bouzin en direct dans les oreillettes.

A voir ici

Et c'est pas que drôle.

On ne rit pas non plus en Amérique latine avec les préfets sécessionistes de la droite en Bolivie qui entraîne le pays dans la violence face au président élu Evo Morales. La crise prend un tour régional avec l'ombre yankee qui se profile derrière les opposants : après le Vénézuela de Chavez, c'est le Honduras dirigé par Manuel Zelaya (pas franchement un gauchiste puisqu'il porte les couleurs du Parti libéral du Honduras, rattaché aux sociaux-libéraux) qui vient à son tour d'apporter son soutien au chef de l'Etat bolivien.

On y va ?

Je sais pas pourquoi mais toute ces histoires m'ont fait penser au début des années 80 et aux Clash période Sandinista, album dont est extrait ce morceau un chouia anti-américain :

 

 

12:17 Publié dans Blog, Médias, Politique | Lien permanent | Tags : france 24, poutine, chavez, amérique du sud, politique, russie, international | | Commentaires (0)

TF1 veut nous faire banquer

Le truc avec l'info c'est que c'est pas une denrée rare. Elle coule même à flots. Seulement, la coquine, elle sait bien se cacher parfois. Il suffit pourtant d'un clic au bon endroit pour que les bras nous en tombent :

"Sarkozy en colère contre les nouvelles émissions de France 2

Le chef de l'État n'apprécie pas les nouveaux programmes de France 2. Énervé par l'arrivée de Julien Courbet, il l'est encore davantage depuis l'annonce d'une nouvelle émission animée par Alexia Laroche-Joubert, transfuge de TF1, ex-directrice de «Star Academy». Nicolas Sarkozy voit là une provocation des dirigeants de France Télévisions. Il a, répète-t-il, une autre idée du service publique de l'audiovisuel."

Déjà, on reste un peu sur le cul devant Le Figaro.fr (rien que d'y être allé ?) en lisant ça. Bientôt y va téléphoner aux entraîneurs de Ligue 1 et du Top 14 pour faire les compos d'équipes qu'on se dit du Sarko de bénitier en plein week-end d'agenouillement devant les pantoufles papales.

Mais il y a mieux :

"L'État tenté de ne pas racheter la part de TF1 dans France 24

Les pouvoirs publics estiment être arrivés au bout de l'exercice avec TF1. Le groupe de Nonce Paolini a, en effet, réclamé 45 millions d'euros pour lâcher les 50 % qu'il détient dans la chaîne internationale France 24, à parité avec France Télévisions. Une somme jugée «aberrante» par les pouvoirs publics qui sont désormais tentés de ne plus proposer à TF1 de racheter sa part. L'État pourrait donc se contenter de racheter celle de France Télévisions au nominal, soit 18 000 euros. Du coup, TF1 devrait poursuivre le partenariat avec l'État au sein de France 24, sans avoir de rôle opérationnel",

nous indique le barbier de l'info. Qui nous la fait quand même pas trop mousser celle-là.

Faut dire que l'historique de France 24 a lui seul vaut son pesant de cahuètes : voulue pour être la CNN française (non je suis sérieux là) la chaîne naquit dans la douleur pour se voir assigner un rôle de "voix de la France".

Digression : curieux ce goût pour l'idée de voix dans un pays qui balaie d'un revers parlementaire les voix d'un référendum ou dont le système exclu de fait près de la moitié des voix qui s'expriment, réservant les lieux du pouvoir aux seules élites qui n'ont d'autre souci que leur propre pérennité.

Mais revenons à nos moutons. On est en train de nous expliquer, à demi-mot, que ce bienfaiteur de l'humanité, quasi frère du président régnant, de Martin Bouygues veut nous faire passer à la caisse.

Parce que, jusqu'à nouvel ordre, l'Etat c'est moi (enfin nous mais je n'ai pas pu résister à la tentation du pouvoir, un instant d'égarement) et que les 45 millions d'euros, qui après négociation devraient être ramenés à 25-30 (?), c'est notre thune, notre grisbi, nos pépètes, bref nos impôts destinés au bien public qu'on nous dit.

Et qu'en plus, le Martin y veut nous faire douiller pour un truc qui vaut nib. Ou guère plus. C'est que la fuite de la ménagère vers la TNT, le web ou encore pire, y doit l'avoir en travers le fils de. Et que va falloir qu'elle passe à la caisse d'une manière ou d'une autre. Non mais.

J'oubliais : le machin pompeusement baptisé Audiovisuel Extérieur, formé par l'attelage France 24, RFI, TV5, est conduit par une doublette Alain de Pouzhilac/Christine Ockrent, un ancien patron d'Havas et la régulière de l'épuisé et fatiguant porteur de riz du Quai d'Orsay (Kouchner, le ministre des Affaires étrangères qui a justement sous sa tutelle le bidule voix de la France).

04:14 Publié dans Médias | Lien permanent | Tags : tf1, télévision, france 24, arnaque, budget, économie, médias | | Commentaires (1)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu